Conférence de presse du 31 mai 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/05/31

Q : Lors de la 25e Conférence internationale sur l'avenir de l'Asie, le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a déclaré que nous devions rejeter les différences idéologiques, nouer l'amitié et rechercher la coopération avec les autres pays. Alors que la Chine est de plus en plus ouverte au monde, les cultures et les systèmes politiques de l'Orient et de l'Occident doivent s'inspirer mutuellement. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Mon collègue a réagi positivement hier aux propos justes du Premier ministre Mahathir Mohamad, selon lesquels les Etats-Unis et l'Occident ne devraient pas réprimer le chinois Huawei. Encore une fois, nous exprimons notre approbation et notre appréciation à l'égard des idées du Premier Ministre Mahathir Mohamad concernant le dialogue entre les civilisations que vous venez de citer. A ceux qui prêchent la supériorité de certaines civilisations et le soi-disant « choc des civilisations », nous conseillons de tenir compte du sage conseil de ce grand homme d'Etat de quatre-vingt-dix ans.

Actuellement, l'ordre international et le système commercial multilatéral sont gravement touchés par l'unilatéralisme et le protectionnisme, qui continuent de gagner du terrain. Dans ce contexte, il est d'autant plus important que tous les pays rejettent les préjugés idéologiques, renforcent le dialogue et la coopération et conjuguent leurs efforts pour relever les défis. Lors de la Conférence sur le dialogue des civilisations asiatiques tenue à Beijing il n'y a pas si longtemps, tous les participants ont souligné que les différents pays, groupes ethniques et civilisations devaient se témoigner mutuellement de l'estime, se traiter sur un pied d'égalité et apprendre les uns des autres dans un esprit d'ouverture. Dans cet esprit, la Chine est prête à travailler avec tous les pays, y compris la Malaisie, pour défendre fermement le multilatéralisme, préserver l'ordre international et assumer ses responsabilités vis-à-vis de la paix et du développement du monde.

Cette année marque le 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Malaisie. Les dirigeants des deux pays ont échangé des messages de félicitations. La Chine attache une grande importance aux relations bilatérales avec la Malaisie, pays voisin amical et partenaire de coopération important. Nous sommes disposés à profiter de l'occasion du 45e anniversaire de l'établissement de nos relations diplomatiques pour continuer de renforcer la confiance et la coopération mutuelles et d'approfondir la coopération avec la partie malaisienne, afin d'enrichir notre partenariat stratégique global et d'injecter plus d'énergie positive dans la paix et le développement de la région et du monde.

Q : Le Vice-Président chinois Wang Qishan a récemment effectué une visite très réussie au Pakistan. Au cours de sa visite, il a rencontré le Premier ministre Imran Khan et a lancé quatre grands projets de coopération dans le cadre du Corridor économique sino-pakistanais, notamment le centre d'assistance technique de Huawei. Des accords ont également été signés pour renforcer la coopération dans les secteurs économique et social. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Comme vous l'avez dit, la visite du Vice-Président Wang Qishan au Pakistan a été couronnée de succès.

Au cours de la visite, le Vice-Président Wang a rencontré le Président Arif Alvi et s'est entretenu avec le Premier ministre Imran Khan. Ils ont échangé de manière approfondie leurs points de vue sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Les deux parties sont convenues d'approfondir les échanges de haut niveau, de renforcer la communication stratégique, de faire progresser la construction du Corridor économique sino-pakistanais ainsi que la coopération pragmatique dans divers domaines, de promouvoir les échanges culturels et humains, ainsi que de renforcer la coordination et la coopération dans les affaires internationales et régionales, afin de faire constamment progresser le partenariat stratégique de tout temps entre la Chine et le Pakistan.

Les dirigeants des deux pays ont assisté à la signature d'accords de coopération bilatéraux dans les domaines de l'agriculture, des douanes, des secours en cas de catastrophe, entre autres. Le Vice-Président Wang a également rencontré le Gouverneur du Pendjab, Mohammad Sarwar, et le Ministre en chef du Pendjab, Usman Buzdar. Sa visite a consolidé davantage l'amitié et la confiance mutuelle entre la Chine et le Pakistan, favorisé la dynamique positive du développement des relations bilatérales et contribué à bâtir une communauté de destin plus étroite Chine-Pakistan dans la nouvelle ère.

Q : Le Président Donald Trump a annoncé aujourd'hui l'imposition des droits de douane supplémentaires sur des produits du Mexique en raison de la question de l'immigration. A noter que les deux parties avaient précédemment négocié la révision de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Quel est votre commentaire à ce propos ? Cela affecte-t-il les consultations économiques et commerciales sino-américaines ?

R : Il semble que les Etats-Unis et le Mexique soient mieux placés pour faire des commentaires à ce sujet, en particulier les Mexicains. Vous pouvez leur demander comment ils se sentent.

Je voudrais simplement souligner que les Etats-Unis ont eu recours à maintes reprises à des intimidations commerciales et que la Chine n'en est pas la seule victime. Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, face à l'unilatéralisme et au protectionnisme pratiqués par la partie américaine, les mesures prises par la Chine visent non seulement à protéger ses propres droits et intérêts légitimes, mais également à défendre le multilatéralisme et le système de libre-échange mondial.

Q : Le Vice-Président américain Mike Pence et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont appelé encore une fois, hier, la Chine à remettre en liberté les deux Canadiens arrêtés. M. Pence a également déclaré que si le Président Trump rencontrait le Président Xi lors du Sommet du G20 à Osaka, cette question serait abordée. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Nous avons répété à maintes reprises la position de la Chine sur l'arrestation légale de Michael Kovrig et Michael Spavor, je ne vais donc pas la répéter ici. Je voudrais simplement rappeler au Canada de prendre conscience des conséquences de tirer les marrons du feu pour les Etats-Unis. Nous espérons que la partie canadienne corrigera ses fautes en prenant des mesures promptes pour éviter tout préjudice supplémentaire.

En ce qui concerne votre question sur une réunion entre les chefs d'Etat chinois et américain en marge du Sommet du G20 à Osaka, tout ce que je peux dire, c'est qu'ils maintiennent le contact par divers moyens. S'agissant d'une réunion spécifique que vous avez évoquée, je n'ai aucune information à communiquer pour le moment.

Q : Selon des reportages, le gouvernement métropolitain de Tokyo vient d'annoncer que Xiang Xiang, un panda géant né au Japon et qui devait être renvoyé en Chine le mois prochain, restera à Tokyo jusqu'à la fin de l'année prochaine. Votre ministère en est-il au courant ? Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : C'est de vous que je viens d'apprendre cette nouvelle. Je pense que cela doit être une bonne nouvelle pour le peuple japonais, non ? (Le journaliste a ri.)

Q : Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a évoqué la question de Huawei lors de sa rencontre avec le Vice-Président américain Mike Pence. M. Pence estime que Huawei présente des risques potentiels du fait que le gouvernement chinois aurait recueilli des données étrangères à l'aide d'équipements de Huawei. Quel est votre commentaire à ce propos ? Deuxième question, le Royaume-Uni et le Canada ont publié hier une déclaration commune pour exprimer à nouveau leurs préoccupations concernant la modification de l'Ordonnance sur les criminels fugitifs par le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong. Avez-vous des commentaires à ce sujet ? En ce qui concerne cette question, la Chine a-t-elle reçu des messages de préoccupations ou de soutien de la part de représentants consulaires ou diplomatiques étrangers ?

R : Il semble que vous êtes plus intéressé par la deuxième question. Je vais commencer par répondre à votre deuxième question.

Comme nous l'avons répété à maintes reprises, en modifiant l'Ordonnance sur les criminels fugitifs et l'Ordonnance sur l'entraide judiciaire en matière pénale, le gouvernement de la RAS a pour objectif de mieux traiter les cas individuels et de combler les lacunes du système juridique. De cette façon, la RAS de Hong Kong pourra mieux coopérer avec d'autres pays et régions dans la lutte contre la criminalité et le maintien de l'état de droit, et ne deviendra pas un refuge pour les criminels. Le gouvernement central chinois soutient fermement le gouvernement de la RAS de Hong Kong dans le cadre de la modification des ordonnances concernées. Cette position est très claire.

Je voudrais souligner encore une fois que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun pays, organisation ou individu n'a le droit d'y intervenir. Nous exhortons les parties concernées à adopter une attitude juste et objective à l'égard de la modification légale des ordonnances par le gouvernement de la RAS de Hong Kong, à respecter le processus législatif dans la RAS et à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de Hong Kong sous quelque forme que ce soit.

Quant à votre première question, notre position est très claire. Comme nous l'avons répété à maintes reprises, il n'était ni honorable ni moral que les Etats-Unis recourent au pouvoir d'Etat et mettent en branle tout l'appareil d'Etat pour réprimer une société privée chinoise. Jusqu'à présent, les Etats-Unis n'ont produit aucune preuve à l'appui de leurs allégations selon lesquelles les produits et services de Huawei présentent des risques en matière de sécurité. Toutes les accusations ont été fabriquées de toutes pièces. Nous espérons que la partie américaine pourra mettre fin à de telles pratiques erronées, qui ne correspondent pas du tout à son statut de grand pays.

Q : La Chine a annoncé hier la prochaine visite du Président Xi Jinping en Russie. On constate que le Président Xi et le Président Poutine se sont rencontrés deux fois en l'espace de deux mois. Certains affirment que, dans le contexte des frictions économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, la Chine essaie de demander des renforts. Comment voyez-vous cette analyse ?

R : Vous demandez-vous si les chefs d'Etat chinois et russe avaient des réunions aussi fréquentes avant les frictions économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ? Je peux vous dire que cela a toujours été le cas.

En tant que partenaires stratégiques globaux de coordination, la Chine et la Russie maintiennent toujours des échanges étroits de haut niveau. Il existe un mécanisme d'échange de visites annuel entre les chefs d'Etat des deux pays, qui ont également pour habitude de tenir des réunions bilatérales en marge des conférences multilatérales. Il est donc tout à fait normal que les deux chefs d'Etat se rencontrent plus d'une fois par an pour harmoniser leurs positions sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun.

Dans les circonstances actuelles, le renforcement de la coordination et de la coopération entre la Chine et la Russie, deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, joue un rôle positif dans la défense du multilatéralisme et la sauvegarde de la justice internationale. Cela gagne l'approbation universelle de la communauté internationale, car cela permet aussi de contrecarrer et de contrebalancer l'unilatéralisme et le protectionnisme.

Q : Le Président américain Donald Trump a déclaré le 30 mai que les Etats-Unis avaient bien fait, en ce qui concerne les questions économiques et commerciales avec la Chine. « La Chine aimerait conclure un accord avec les Etats-Unis. Nous avions conclu un accord, mais la Chine l'a rompu. Les droits de douane supplémentaires ont un effet dévastateur sur la Chine. Les entreprises étrangères en Chine quittent le pays pour d'autres pays asiatiques, dont le Vietnam. La Chine devient une nation très affaiblie. » Avez-vous des commentaires sur ses remarques ?

R : La partie américaine a inventé plus d'une fois de tels mensonges. Chaque fois, la partie chinoise les démasque à temps. Cependant, les Etats-Unis semblent toujours très obstinés, voire obsédés par la répétition de tels mensonges, comme s'ils croyaient que plus ils en disent, plus les gens les croient et plus ils sont confiants.

Je voudrais rappeler encore une fois aux Etats-Unis de ne pas surestimer leurs rumeurs ni sous-estimer le jugement des autres. La vraie confiance vient du fait de suivre la tendance de l'époque et de gagner le soutien de l'opinion publique, et non de la répétition des mensonges ni de la création des illusions.

Les tendances à l'unilatéralisme et au protectionnisme de la partie américaine ont suscité une forte opposition dans le pays et se sont attirées de nombreuses critiques au sein de la communauté internationale. Nous espérons que les Etats-Unis pourront avoir une claire conscience de la situation, mettre un terme à leurs pratiques erronées et revenir sur la bonne voie avant qu'il ne soit trop tard.

Suggest To A Friend:   
Print