Conférence de presse du 18 juin 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019/06/18

Sur invitation du gouvernement fédéral allemand, la Vice-Première ministre du Conseil des Affaires d'Etat, Sun Chunlan, se rendra du 24 au 27 juin en Allemagne pour le Forum Chine-Allemagne de dialogue sur l'innovation en matière d'enseignement professionnel.

Q : La Chine s'est déclarée hier convaincue que la visite du Président Xi en RPDC serait sûrement couronnée de succès. Quels progrès la Chine espère-t-elle réaliser à travers cette visite, concernant le règlement politique de la question de la péninsule ?

R : Je pense que vous avez pris note du point de presse tenu hier par le Département international du Comité central du PCC, lors duquel les responsables concernés du Département international du Comité central du PCC et du Ministère des Affaires étrangères ont présenté les détails de la prochaine visite d'Etat du Président Xi en RPDC.

Comme l'ont annoncé les responsables concernés, lors de sa visite d'Etat en RPDC, le Président Xi rencontrera et s'entretiendra avec le dirigeant de la RPDC, Kim Jong-un. À l'occasion du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC, ils passeront en revue l'évolution des relations au cours des sept dernières décennies et traceront la voie à suivre pour les relations bilatérales dans la nouvelle ère. Les deux parties présenteront également la situation du développement national de chacune. Par ailleurs, elles échangeront davantage leurs points de vue sur la situation de la péninsule afin de faire progresser le règlement politique de la question de la péninsule. Pour le moment, la visite n'a pas encore commencé. Vous devriez patienter.

Q : L'ancien Président égyptien Morsi est décédé lors d'une audition au tribunal. Durant l'exercice de son mandat, il a attaché de l'importance au développement des relations avec la Chine et l'a choisie pour sa première visite à l'étranger en tant que président. Comment voyez-vous l'impact de sa mort sur le paysage politique égyptien ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Quoi qu'il arrive, la Chine espère que l'Egypte maintiendra sa stabilité et son développement.

Q : La Chine a annoncé hier la prochaine visite d'Etat du Président Xi en RPDC. Dans le contexte du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC, cette visite revêt une grande importance pour les relations bilatérales en ouvrant la voie vers l'avenir sur la base des acquis. Pourriez-vous nous dire quels sont les plans et considérations spécifiques pour la célébration du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC ?

R : La prochaine visite d'Etat du Président Xi en RPDC a attiré beaucoup d'attention. La partie chinoise a annoncé cette visite hier. Les responsables concernés du Département international du Comité central du PCC et du Ministère des affaires étrangères ont également communiqué des informations lors d'un point de presse.

La Chine et la RPDC sont des voisins et amis qui entretiennent des échanges et une coopération de longue date. Les échanges étroits entre les dirigeants des deux partis et des deux pays s'inscrivent dans la tradition des relations Chine-RPDC. Le Président Xi et le Président Kim ont eu quatre réunions depuis un an, en ouvrant une nouvelle ère pour les relations entre la Chine et la RPDC. Les deux parties sont favorables à la poursuite de la coopération économique et commerciale, qui repose sur des bases solides et bénéficie de perspectives prometteuses grâce à leur proximité géographique, à leurs bonnes relations politiques, à l'amitié entre les deux peuples et à la complémentarité économique. Les échanges culturels et humains constituent un trait d'union important dans les relations bilatérales. Nos deux peuples entretiennent une amitié naturelle et profonde. Nous travaillerons avec la RPDC pour développer nos traditions amicales et faire progresser constamment les échanges et la coopération dans divers domaines.

Comme vous l'avez dit, cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC. Nos deux pays ont convenu d'organiser des activités commémoratives à cette occasion. Nous mènerons à bien diverses activités dans le cadre du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques, conformément au consensus. Nous examinerons ensemble le passé, inscrirons notre amitié dans la durée, tracerons la voie pour l'avenir et donnerons un nouvel élan au développement des relations entre la Chine et la RPDC dans une nouvelle ère. Plus d'informations sur les activités pertinentes seront publiées en temps voulu.

Q : Selon des reportages, les Etats-Unis ont tenu le 17 juin une séance d'auditions au sujet du projet visant à imposer des droits de douane supplémentaires sur des marchandises chinoises d'une valeur de 300 milliards de dollars. De nombreuses associations professionnelles et entreprises américaines, y compris l'American Apparel and Footwear Association, Qualcomm et Intel, ont manifesté leur opposition à l'imposition de droits de douane supplémentaires, en estimant que cela nuirait aux entreprises, aux consommateurs et aux salariés américains. Les associations et entreprises concernées ont également déclaré qu'il était très difficile d'importer des vêtements, des produits électroniques et d'autres biens de consommation en provenance d'endroits autres que la Chine et que les achats auprès d'autres pays augmenteraient les coûts. A les en croire, le transfert des productions au Vietnam et dans d'autres pays ne serait pas réalisable en quelques années en raison du manque de compétences techniques et d'infrastructures dans ces endroits. La délocalisation de la production hors de Chine entraînerait des coûts plus élevés. Selon une estimation de Trade Partnership Worldwide LLC., la mise en œuvre dudit projet tarifaire entraînerait une perte de plus de deux millions d'emplois aux Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous constatons que, parallèlement à cette séance d'auditions concernant les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, les voix contre l'imposition de droits de douane supplémentaires se font de plus en plus entendre aux Etats-Unis. Même Larry Kudlow, directeur du Conseil économique national, a ouvertement admis récemment que les entreprises et les consommateurs américains paieraient des droits de douane supplémentaires. Selon un récent rapport de Goldman Sachs, les droits de douane supplémentaires imposés l'année dernière par le gouvernement américain sur les produits chinois ont été complètement transférés aux entreprises et aux ménages américains et ont eu un impact plus important que prévu sur les prix aux Etats-Unis.

La coopération mutuellement bénéfique dans les domaines de l'économie, du commerce et de l'investissement a depuis longtemps apporté d'énormes avantages aux entreprises et aux consommateurs chinois et américains. L'histoire a prouvé maintes et maintes fois que les différends économiques et commerciaux entre les deux pays pourraient être correctement résolus par le biais de consultations, dans la mesure où celles-ci sont fondées sur le respect mutuel, l'égalité et les avantages mutuels. Je tiens à souligner une fois de plus que toute pratique contraire à ce principe est sans issue.

Q : Comment la Chine évalue-t-elle la situation actuelle dans la péninsule coréenne, en particulier après le sommet infructueux de Hanoi entre les dirigeants américain et de la RPDC en février dernier ? Certains commentateurs des Etats-Unis et de la République de Corée estiment qu'il est fort probable que les Etats-Unis et la RPDC reprennent le dialogue. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Ce serait génial ! La Chine encourage toujours les Etats-Unis et la RPDC à reprendre le dialogue. Juste après le sommet de Hanoi en février dernier, nous avons déclaré que nous espérions que les deux parties raffermiraient leur foi, resteraient patientes, feraient preuve de souplesse, répondraient aux préoccupations légitimes de chacun et œuvreraient pour faire avancer le règlement politique de la question de la péninsule. En fait, les Etats-Unis et la RPDC ont exprimé leur volonté de poursuivre le dialogue, et la Chine continuera d'appeler la communauté internationale à l'encourager.

Nous estimons depuis toujours que le règlement politique par le dialogue est la seule solution à la question de la péninsule. En tant que parties clés concernées par cette question, les Etats-Unis et la RPDC n'ont pas d'autre alternative que de rechercher des solutions appropriées par le dialogue en prenant en considération les préoccupations légitimes de chacun. C'est aussi quelque chose que la communauté internationale doit encourager.

Question suivante : Comment la Chine évalue-t-elle la situation actuelle dans la péninsule ?

R : Nous espérons que toutes les parties concernées, en particulier les Etats-Unis et la RPDC, pourront faire avancer le dialogue, réaliser des progrès et instaurer un climat pacifique en tenant compte rationnellement des préoccupations légitimes de chacun et en prenant des mesures progressives et synchronisées dans le cadre d'un plan global.

Q : Le mois dernier, une famille ouïgoure s'est rendue à Beijing pour demander un visa à l'ambassade de Belgique. Etes-vous au courant de ce cas ?

R : De nombreux journalistes ont posé des questions sur des cas individuels liés au Xinjiang lors de nos conférences de presse. Cependant, après que nous avons communiqué des informations basées sur des enquêtes responsables, ces mêmes journalistes n'ont pas réussi à faire des reportages de manière ouverte et précise. Franchement, ce n'est pas juste.

Donc, je tiens à réaffirmer ici que si vous vous engagez à relater nos commentaires de manière ouverte et précise, nous essayerons d'obtenir davantage d'informations auprès des départements concernés à votre place.

Q : Nous le savons, le Président Xi se rendra en RPDC. Une semaine plus tard, il rencontrera probablement le Président Trump au Sommet du G20 à Osaka. La Chine essaie-t-elle d'envoyer un message à la partie américaine en annonçant cette visite en RPDC à ce moment-là ? Par exemple, la Chine utilise la RPDC comme un « contrepoids » ?

R : Vous venez de demander si le Président Xi rencontrera le Président Trump au Sommet du G20 à Osaka. Nous avons indiqué notre opinion à ce sujet. Pour l'heure, notre opinion reste inchangée.

Pour ce qui est de savoir si la Chine utilise la visite d'Etat du Président Xi en RPDC comme une sorte de « contrepoids », je dois dire que ceux qui ont une telle idée ont juste tendance à trop penser. Comme l'ont indiqué hier lors d'un point de presse les responsables concernés du Département international du Comité central du PCC et du Ministère des Affaires étrangères, la Chine et la RPDC sont des voisins proches et entretiennent des relations amicales de longue date. Les dirigeants des deux parties et des deux pays maintiennent toujours des échanges étroits. Développer une relation Chine-RPDC dans la nouvelle ère est notre direction et notre objectif, ce qui est essentiel. Je suis convaincu que vous comprendrez pleinement l'importance de cette visite. Il n'est pas nécessaire de surinterpréter.

Q : La Commission de contrôle boursier de Chine et l'Autorité de conduite financière (FCA) du Royaume-Uni ont annoncé conjointement le lancement officiel de la connexion boursière Shanghai-Londres. On pense que c'est l'une des mesures les plus attendues entre la Chine et le Royaume-Uni ces dernières années. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Le Vice-Premier ministre chinois Hu Chunhua, en visite au Royaume-Uni pour coprésider le dixième Dialogue économique et financier entre la Chine et le Royaume-Uni, et le Chancelier de l'Echiquier britannique Philip Hammond ont assisté hier à la cérémonie de lancement de la connexion boursière Shanghai-Londres à la Bourse de Londres. Les autorités de régulation chinoise et britannique ont également signé un mémorandum d'entente visant à mener la coopération en matière de régulation et d'application transfrontalières de la loi dans le cadre de la connexion boursière Shanghai-Londres. La partie chinoise a publié des informations détaillées à ce sujet. Si vous voulez avoir plus d'informations, vous pouvez vous informer auprès des départements compétents chinois.

J'aimerais souligner que la coopération financière a toujours été l'un des points forts de la coopération pragmatique entre la Chine et le Royaume-Uni. Le lancement de la connexion boursière Shanghai-Londres est une mesure importante pour mettre en œuvre les résultats de la visite d'Etat du Président Xi au Royaume-Uni en 2015. Je suis convaincu que cela favorisera le développement des marchés des capitaux chinois et britannique, car cela correspond aux intérêts des deux parties. Dans le contexte actuel caractérisé par la montée du protectionnisme, le lancement de la connexion boursière Shanghai-Londres injectera une énergie positive dans la construction d'une économie mondiale ouverte.

Le lancement de la connexion boursière Shanghai-Londres montre une fois de plus la détermination de la Chine à approfondir ses réformes et à élargir son ouverture au monde. Nous continuerons à progresser fermement dans la poursuite d'un développement mutuellement bénéfique et ouvert.

Q : Vous avez dit que la Chine n'utilisait pas la visite en RPDC comme « contrepoids » aux consultations avec les Etats-Unis. Pourquoi la Chine a-t-elle choisi ce « moment sensible » pour la visite ?

R : Pourquoi pensez-vous que ce moment est sensible ? En quoi est-ce sensible ?

Journaliste : Actuellement, les Etats-Unis répriment de plus en plus vivement la Chine sur divers fronts, les frictions économiques et commerciales entre les deux pays montent et les négociations entre la RPDC et les Etats-Unis sont encore incertaines.

R : Je suis sûr que vous savez bien que les frictions économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, de même que leurs consultations économiques et commerciales, ont commencé il y a plus d'un an. Je ne vois pas pourquoi le moment présent serait plus sensible que n'importe quel autre moment depuis plus d'un an.

Vous venez d'évoquer la réunion entre les dirigeants des Etats-Unis et de la RPDC. Leur réunion de février à Hanoi s'est peut-être révélée inattendue pour beaucoup de gens. Depuis lors, la Chine espère toujours que les deux parties puissent œuvrer à une reprise du dialogue. Je ne vois pas en quoi le moment présent serait plus sensible que celui de février.

Suggest To A Friend:   
Print