Wang Yi prononce un discours lors du Forum de Lanting « Promouvoir le dialogue et la coopération et gérer les divergences : remettre les relations sino-américaines sur les bons rails »
2021/02/22

Le 22 février 2021, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé à la cérémonie d'ouverture du Forum de Lanting ayant pour thème « Promouvoir le dialogue et la coopération et gérer les divergences : remettre les relations sino-américaines sur les bons rails », et y a prononcé un discours.

M. Wang a indiqué que face aux défis communs sans précédent tels que la pandémie mondiale, la récession économique et le changement climatique, la société humaine devait faire preuve de courage, de solidarité et de responsabilité. La Chine et les États-Unis, en tant que deux grands pays, doivent tout d'abord mener à bien leurs propres affaires et engager dans le même temps une coopération en faveur des intérêts communs de l'humanité, cela est dans l'attente de la communauté internationale et représente une responsabilité qui incombe aux grands pays. Le Président Xi Jinping et le Président Joe Biden ont eu leur premier entretien téléphonique à la veille du Nouvel An chinois. Ils ont tous d'avis que la Chine et les États-Unis doivent renforcer la connaissance mutuelle et éviter les malentendus et les mésinterprétations, se traiter avec sincérité et en toute honnêteté et se garder du conflit et de la confrontation, et fluidifier les canaux de communication pour faire progresser les échanges et la coopération. Cet entretien téléphonique d'une haute importance a fixé le cap pour les relations sino-américaines qui se trouvaient à un carrefour et a envoyé un message encourageant aux deux pays et au monde entier.

M. Wang a dit que ces dernières années, les relations sino-américaines avaient été plongées dans la situation la plus difficile depuis leur établissement, dont la cause profonde était les graves erreurs d'analyse et les interprétations déformées faites par la précédente administration américaine, partant de ses propres besoins politiques, à l'égard des intentions et des politiques de la Chine. Et les divers actes de contrainte et de répression ainsi pris ont porté atteinte aux relations bilatérales de manière inestimable. Pour redresser les torts et remettre les relations sino-américaines sur les bons rails, il faut tout d'abord abattre le mur construit délibérément avec des perceptions erronées à l'égard de la Chine et connaître, apercevoir et comprendre la Chine telle qu'elle est.

Selon M. Wang, la Chine est un pays qui poursuit et développe toujours la démocratie populaire. La démocratie est une valeur commune de toute l'humanité, mais il n'y a pas de modèle fixe ou réponse standard pour la réaliser. La véritable démocratie doit s'enraciner dans les conditions réelles du pays et servir son peuple. La Chine pratique la politique de la démocratie socialiste, et s'engage pour l'unité organique entre la direction du Parti communiste chinois (PCC), la gestion du pays par le peuple et la gouvernance conformément à la loi. Il s'agit là de la démocratie la plus générale qui s'étend de l'amont vers l'aval, traduit la volonté du peuple, correspond à la condition nationale de la Chine et jouit d'une adhésion populaire, apportant une contribution spéciale et importante au progrès de la civilisation politique de l'humanité.

La Chine est un pays qui protège et promeut toujours le développement des droits de l'homme. Fidèle au concept centré sur le peuple, la Chine prend les droits à l'existence et au développement comme les droits de l'homme fondamentaux les plus importants. Dans le même temps, nous nous efforçons de parvenir à un développement global et coordonné des droits économiques, sociaux et culturels ainsi que des droits civils et politiques. La nation chinoise a éliminé, pour la première fois dans son histoire plusieurs fois millénaire, la pauvreté absolue. Les régions à fortes concentrations des minorités ethniques, comme le Xinjiang et le Tibet, constituent des modèles des progrès des droits de l'homme en Chine.

La Chine est un pays qui chérit et sauvegarde toujours la paix mondiale. Le développement de la Chine a bénéficié de la paix mondiale et elle a contribué à la paix mondiale à son tour grâce à son développement. Nous n'avons jamais provoqué de guerre ni occupé un pouce de territoire d'autres pays. Nous préconisons le règlement des divergences par le dialogue et la résolution des différends par la négociation. Nous n'avons pas l'intention d'exporter des idéologies, non plus de renverser le régime d'autres pays. Nous poursuivons toujours la nouvelle voie des relations interétatiques marquée par le dialogue et le partenariat, mais non la confrontation et l'alignement.

La Chine est un pays qui préconise et pratique toujours la coopération gagnant-gagnant. Nous appliquons la juste conception de la justice et des intérêts, aidons les autres pays en développement avec sincérité et bonne foi, n'assortissons aucune condition politique à nos aides et n'imposons jamais nos volontés à autrui. La Chine travaille activement à créer une nouvelle dynamique de développement et favorise de manière approfondie l'ouverture à un niveau supérieur. Cela signifie un marché plus vaste et des opportunités de développement plus abondantes pour les autres pays.

La Chine est un pays qui poursuit et défend toujours le multilatéralisme. Au cours des cinq dernières décennies depuis le rétablissement de la Chine dans son siège légitime aux Nations Unies, elle a défendu les buts et principes de la Charte des Nations Unies, œuvré fermement à la démocratisation des relations internationales, refusé tout cercle visant des pays spécifiques et toute action unilatérale dépassant les autorisations de l'ONU, sauvegardé les normes fondamentales régissant les relations internationales et défendu les intérêts communs des pays en développement par des actions concrètes.

M. Wang a dit que la nouvelle administration américaine était en train d'examiner et évaluer sa politique étrangère. Nous espérons que les États-Unis suivront le courant de l'histoire, verront clairement la tendance générale du monde, rejetteront tous les préjugés, éviteront les soupçons injustifiés et feront retourner leur politique chinoise à la rationalité, et réaliseront un développement sain et régulier des relations sino-américaines. Il y a 50 ans, les dirigeants chinois et américains, forts d'un courage politique extraordinaire, ont choisi de rouvrir la porte des échanges entre les deux pays qui avait été fermée depuis des décennies. 50 ans après, nous devons aujourd'hui prendre une attitude responsable envers nos deux pays et le monde entier pour faire à nouveau un choix judicieux et correct.

Pour remettre les relations sino-américaines sur les bons rails, M. Wang a avancé quatre propositions.

Premièrement, il faut se respecter mutuellement et ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de l'autre. La Chine respecte toujours les choix faits indépendamment par le peuple américain, n'a aucune intention de défier ou de remplacer les États-Unis, et entend coexister de façon pacifique avec les États-Unis en vue d'un développement commun. Nous espérons que la partie américaine pourra également respecter les intérêts vitaux, la dignité nationale et le droit au développement de la Chine, cesser de salir et de dénigrer le PCC et le système politique chinois, arrêter de tolérer ou même de soutenir les propos et les actions erronés des forces sécessionnistes visant l'« indépendance de Taiwan » et mettre fin à toute atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine dans ses affaires intérieures concernant Hong Kong, le Xinjiang et le Tibet.

Deuxièmement, il faut intensifier le dialogue et gérer adéquatement les divergences. Les deux parties doivent faire valoir l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État à la veille du Nouvel An chinois, se baser sur le bien-être fondamental des deux peuples, adopter une vision d'évolution, une attitude ouverte ainsi qu'un esprit inclusif pour redémarrer ou établir des mécanismes de dialogue dans différents domaines et à différents niveaux, mener un dialogue franc sur les questions générales dans les relations bilatérales et les questions importantes internationales et régionales, interpréter avec précision les intentions politiques de part et d'autre, identifier le nœud principal des relations sino-américaines et rechercher des moyens efficaces pour gérer les questions sensibles et résoudre les menaces et obstacles. La Chine est prête à avoir des échanges francs avec les États-Unis et mener des dialogues en vue du règlement des questions.

Troisièmement, il faut que les deux pays aillent dans le même sens afin de relancer la coopération mutuellement bénéfique. Face à l'émergence successive de dossiers régionaux brûlants et de défis mondiaux, la coopération sino-américaine est nécessaire dans plus de domaines, mais pas moins, et l'espace de leur coopération est de plus en plus large, mais pas restreint. Les deux parties n'ont jamais autant de capacités pour accomplir des réalisations profitant aux deux pays et au monde. Dans les circonstances actuelles, les deux parties peuvent commencer par des points moins épineux, interagir activement et accumuler de bonnes intentions. Nous espérons que les États-Unis ajusteront leur politique dès que possible, abandonneront les droits de douane déraisonnables sur les produits chinois, les sanctions unilatérales contre les entreprises et les institutions de recherche et d'enseignement chinoises, et la répression irrationnelle du développement scientifique et technologique de la Chine, afin de créer des conditions nécessaires à la coopération entre les deux pays. Lutter contre la pandémie de COVID-19, répondre au changement climatique et faire progresser la reprise de l'économie mondiale sont les trois tâches les plus urgentes en ce moment pour la communauté internationale. La Chine est disposée à coopérer avec les États-Unis pour coordonner leurs politiques dans ces trois domaines, à renforcer la coopération et à travailler ensemble avec les États-Unis pour faire une contribution positive au monde.

Quatrièmement, il faut éliminer les obstacles et restaurer les échanges entre la Chine et les États-Unis dans divers domaines. Les échanges au niveau populaire entre les deux pays ne doivent pas être influencés par les vicissitudes des relations politiques. Nous espérons que la partie américaine lèvera dès que possible toutes les restrictions sur les activités aux États-Unis des groupes chinois dans les domaines de l'éducation, de la culture, des médias et des affaires des Chinois d'outre-mer, renoncera à l'endiguement et à la menace contre les échanges des gouvernements locaux et de tous les milieux des États-Unis avec la Chine, encouragera et soutiendra la reprise des programmes d'échanges culturels et humains normaux entre les universités, les institutions de recherche, et les étudiants des deux pays. La Chine est prête à aller dans le même sens avec les États-Unis dans une attitude ouverte pour construire un environnement propice aux échanges entre les peuples des deux pays.

M. Wang a déclaré que le futur des relations sino-américaines était entre les mains des peuples des deux pays, et que leur amélioration nécessitait toujours le soutien et la promotion de divers milieux des deux pays. Il a dit espérer voir les deux parties conjuguer leurs efforts pour remettre le grand navire des relations sino-américaines sur la bonne voie de développement sain afin de le faire avancer vers un avenir meilleur avec des perspectives illimitées.

Le Forum a été organisé conjointement par l'Association de la Diplomatie publique de Chine, l'Université de Pékin et l'Université Renmin. La cérémonie d'ouverture a été présidée par le Président de l'Association de la Diplomatie publique de Chine Wu Hailong. Des hommes politiques retraités, des experts, des intellectuels et des représentants de divers milieux chinois et américains ont participé à l'événement, parmi lesquels ont figuré notamment l'Ambassadeur de Chine aux États-Unis Cui Tiankai, la Directrice du Centre pour la sécurité internationale et la stratégie de l'Université Tsinghua et ancienne Vice-Ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying, le Président de l'Université de Pékin Hao Ping, l'ancien Secrétaire d'État au Trésor des États-Unis Henry Paulson, le Président de l'Asia Society des États-Unis Kevin Rudd, l'ancienne Représentante américaine au Commerce Carla A. Hills, et le Président du Conseil d'administration et PDG de Starr Companies Maurice Greenberg. Ils ont procédé à un échange approfondi autour des sujets tels que « la reconstruction de la confiance politique mutuelle », « la reconstruction de l'équilibre économique et commercial » et « la relance des échanges culturels et humains ».

Suggest To A Friend:   
Print