Wang Yi s'entretient par téléphone avec le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar
2021/02/26

Le 25 février 2021, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a eu un entretien téléphonique avec son homologue indien Subrahmanyam Jaishankar.

M. Wang a déclaré que ce qui avait conduit à la situation l'année dernière dans les zones frontalières entre la Chine et l'Inde était très clair, et que les leçons du passé méritaient une réflexion approfondie. Il y a eu des tergiversations et des retours en arrière dans la politique de l'Inde à l'égard de la Chine et la coopération pragmatique entre les deux pays a été affectée. Cela ne correspond aux intérêts d'aucune des deux parties. Les expériences des dernières décennies démontrent à maintes reprises que les actes de mise en évidence des divergences n'aident pas à résoudre les problèmes, et ne peuvent que saper les fondements de la confiance mutuelle.

M. Wang a dit que les troupes de première ligne de la Chine et de l'Inde avaient récemment achevé leur désengagement dans la région du lac Pangong, et que la situation sur le terrain s'est considérablement apaisée actuellement. Les deux parties doivent chérir la situation actuelle difficilement acquise, consolider conjointement les résultats acquis, maintenir l'élan de la consultation, atténuer davantage la situation et améliorer le mécanisme de gestion et de contrôle des frontières. Les deux parties doivent également faire avancer les négociations frontalières pour accumuler et renforcer continuellement la confiance mutuelle et réaliser la paix et la tranquillité dans les zones frontalières.

M. Wang a déclaré que la Chine et l'Inde étaient des pays dotés d'une civilisation ancienne et de principales économies émergentes, se trouvaient à un stade historique clé de développement et de revitalisation, et devraient apporter des accomplissements et de l'inspiration l'une à l'autre. Une tendance négative des relations bilatérales causera des coûts et des pertes inutiles aux deux parties. Il est nécessaire d'adhérer au consensus stratégique auquel les deux Chefs d'État sont parvenus, de suivre fermement la bonne voie de la confiance mutuelle et de la coopération entre les grands pays voisins, au lieu de s'égarer dans la suspicion et la méfiance et de faire marche arrière. Il faut gérer adéquatement les questions frontalières et éviter de plonger les relations bilatérales dans un cycle négatif. Les conflits frontaliers sont une réalité objective et doivent faire l'objet d'une attention suffisante et être pris au sérieux. Cependant, la question des frontières ne représente pas l'ensemble des relations sino-indiennes et doit être placée dans une position appropriée dans les relations bilatérales. La Chine et l'Inde doivent adhérer à l'orientation générale selon laquelle les deux grandes économies émergentes travaillent ensemble pour parvenir au développement, avancer épaule contre épaule au lieu de se contenir mutuellement, et travailler pour un développement partagé au lieu de construire des murs l'une contre l'autre. Les deux parties peuvent accumuler davantage de conditions pour améliorer encore les liens bilatéraux et promouvoir une coopération pragmatique en commençant par des questions moins épineuses.

M. Subrahmanyam Jaishankar a déclaré que le récent désengagement des deux armées dans la région du lac Pangong était une réalisation importante des deux parties dans la mise en œuvre sérieuse du consensus atteint par les deux Ministres des Affaires étrangères à Moscou. L'Inde espère renforcer le dialogue et les consultations avec la Chine pour parvenir à un désengagement complet dans les autres régions dès que possible, promouvoir un apaisement continu de la situation frontalière entre les deux pays et maintenir la paix et la tranquillité dans les zones frontalières. La partie indienne est disposée à mettre en œuvre l'important consensus atteint par les dirigeants des deux pays en tenant compte du développement à long terme et de la situation globale des relations bilatérales, et à remettre les relations bilatérales sur les rails le plus tôt possible.

Les deux parties ont convenu d'établir une ligne téléphonique directe pour échanger des opinions en temps opportun.

Suggest To A Friend:   
Print